Le Sens du Sacré de Pierre Rabbi

 

Au Nom de la Terre !! de Pierre Rabhi

  • Se sentir relié aux autres et à la nature dans la solidarité et la complémentarité.

  • Porter les valeurs de la tolérance, de l’entraide, et de la coopération.

  • Être pleinement présent à chaque instant que nous vivons. Responsabiliser notre existence avec honnêteté, sincérité et douceur.

  • Incarner nos engagements et nos valeurs dans les actes simples et quotidiens.

  • Garder confiance quels que soient les évènements que nous traversons.

  • Tirer les éléments positifs des épreuves et les leçons qui nous seront utiles pour avancer.

  • Nous laisser surprendre par les cadeaux de la vie.

 

Être ou avoir

Peut-on trouver un sens à sa vie dans une société fondée sur le « toujours plus », le matérialisme et le rationalisme à outrance, l’hyper technologie et la surconsommation ?

Une telle civilisation de l’«avoir» implique nécessairement l’insatisfaction perpétuelle et la peur du manque. Basée sur l’idéologie du «chacun pour soi», elle entraîne la compétition entre les êtres humains, l’individualisme, la solitude subie, voire l’exclusion. A l'inverse, une société qui met en avant les valeurs de l’«être» donne du sens en ayant pour objectif le bien-être et l’accomplissement de chacun, dans la complémentarité et le respect de son voisin. Elle porte les valeurs de l’amour et de la solidarité ; elle exalte la créativité et les potentialités de l’être humain, au service du bien commun.

 

Retrouver le sens du sacré, c’est honorer la vie qui nous est confiée, la vie en nous et autour de nous. A quoi décidons-nous d'employer notre énergie et notre temps ? A quoi décidons-nous de participer : à la maladie ou à la guérison du monde ?

 

 

Agir pour le bien commun, c’est :

- Veiller à ce que chacun de nos actes ne nuise ni à la nature, ni à ses ressources, ni à ses êtres.

- Faire les choses en conscience, afin que nos activités d’aujourd’hui ne compromettent pas l’avenir.

- C’est porter les valeurs de la tolérance, de l’entraide et de la coopération.

- C’est abolir le « chacun pour soi » pour exalter la force de la solidarité.

Nous avons tous le pouvoir de choisir notre manière de participer au monde. La difficulté de sortir du système compétitif mondialisé, dans lequel nous sommes actuellement, n'est qu'apparente.

 

Se connaître et s’aimer soi-même

Retrouver le sens du sacré, c’est apprendre à se connaître soi-même pour pouvoir cheminer vers notre accomplissement intérieur et participer à un monde meilleur. Nous ne pouvons prétendre changer les vices de la société sans commencer par nous regarder nous-mêmes, tels que nous sommes, et par entreprendre un travail personnel.

 

  • Avec honnêteté, sincérité et douceur, acceptons de voir nos parts d’ombre et cherchons l’origine de nos souffrances dans nos propres actes, pensées et modes de vie.

  • Cessons de projeter la cause de nos tourments sur l’autre et sortons de la victimisation pour entrer dans la responsabilisation de notre existence.

  • Mettons en lumière nos mécanismes inconscients, qui souvent nous aveuglent, nous empêchent de nous réaliser pleinement et de donner le meilleur de nous-mêmes. Ainsi, pourrons-nous en confiance éveiller l’amour de nous-même pour enfin aimer les autres et la vie.

 

Le sentiment d’être relié

Retrouver le sens du sacré, ce n’est pas prôner l’adhésion à telle ou telle religion. C’est retrouver au plus profond de nous-même l’essence commune à toutes les religions, dans leur sens premier, celui de « relier ».

Se sentir relié au Tout, c’est être conscient que l’on ne peut exister sans les autres humains, la nature, la terre, la nourriture qu’elle nous procure, l’air, la lumière, les autres êtres vivants. Dans la modernité, nos relations et nos organisations sont fondées sur l’antagonisme, la division, la compétition. La réussite de l’un se fait trop souvent au dépend de l’autre. Or, l’autre appartient à l’humanité et à la nature dont nous faisons nous-même partie. Et tout ce que nous lui faisons de mal, c’est à nous-mêmes que nous l’infligeons. Dans une société évoluée et éveillée aux valeurs de l’être, respecter l’autre comme soi-même est un principe fondamental.

 

Être pleinement présent

Retrouver le sens du sacré, c’est être pleinement présent à chaque instant que nous vivons. Dans la société d’aujourd’hui, il est difficile de ne pas se laisser accabler par nos charges professionnelles, financières, sociales, affectives, etc., et par tous les doutes et les peurs qu’elles provoquent.

Etre pleinement présent requiert de se protéger du tohu-bohu de l’existence, de construire sa structure intérieure et de savoir puiser en soi la force, la paix et la confiance, nécessaires pour éclairer nos actes.

A quoi bon regretter le passé ou s’angoisser pour le futur, alors que tous les instants de notre vie ne se déroulent toujours qu’au présent ?

 

Mettons-nous aujourd'hui en marche vers un monde meilleur.

La conscience de l’impermanence des choses devrait nous permettre de nous centrer sur l’essentiel.

 

Comment faire ?

 

Retrouver le sens du sacré, ce n’est pas rechercher le surnaturel mais plutôt s’éveiller à l’harmonie dans la nature.

 

Cela peut s’incarner dans des actes simples et quotidiens :

  • Se poser la question du sens de nos actes, de notre travail, et tenter autant que possible de les accorder avec nos valeurs profondes.

  • Sortir de la frénésie d’une vie « à cent à l’heure » et s’autoriser des temps de détente, de repos, de respiration profonde.

  • Prendre des moments pour méditer dans la solitude, afin de chasser les peurs et les doutes de notre mental et de retrouver la paix intérieure.

  • Passer du temps dans la nature, à l’observer et à se sentir relié à elle, à tous ses éléments.

  • Aborder la relation à l’autre avec sincérité, tolérance et ouverture, chacun ayant son travail à faire sur lui-même.

  • Chanter, danser, s’amuser, rire et honorer ainsi la vie au quotidien.

  • Poser un regard positif sur les événements : garder confiance dans toutes les situations que nous traversons, tirer les éléments utiles pour nous des épreuves et les leçons qui nous seront utiles pour avancer.

 

L'ouverture et la confiance sont créatives et pourraient bien nous surprendre !

Pierre Rabhi 

 

 

La Terre

 

Toi qui nous portes… nous te malmenons !!

Toi qui nous nourris…. Nous te donnons nos déchets !!

Toi qui nous soignes… Nous t’écrasons !!

 

La Terre, tu es vivante… Nous t’étouffons !!

Tu restes patiente… nous te piétinons !!

 

Tu abrites une communauté de petits animaux qui œuvrent avec toi pour rendre le sol fertile, par méconnaissance l’Homme détruit tout cela avec engrais et produit chimiques.

Tout ton équilibre est parfait…Nous appauvrissons ton sol.

 

La Terre, ton sol est vivant en te détruisant l’Humain se détruit lui-même.

 

STOP…Il est urgent de réagir !!

Nous ne sommes pas tous des jardiniers ni des agriculteurs mais nous pouvons TOUS Arrêter de consommer des aliments emplit de produits chimiques.

Nous pouvons stopper TOUT ce qui ne sert pas à nourrir notre corps, revoir notre façon de s’alimenter.

 

Faut-il vivre pour manger  ou manger pour vivre ?

Faut-il se détruire en mangeant ou se nourrir de l’intelligence de la Terre ?

Combien de temps faut-il encore pour que l’Être humain réagisse ? Lui faut-il plus de maladies, plus de problèmes comportementaux ? …..Jusqu’à la mort ?

 

Pourquoi est-il si difficile pour beaucoup de personnes de comprendre que notre corps est un organisme vivant ne pouvant être en bonne santé que s’il consomme du vivant ?

Pourquoi est-il si compliqué pour beaucoup de personnes de se poser des questions sur le contenu de ce que l’on nous propose ?

Que faut-il à l’être humain pour se rendre compte qu’il est comme « un mouton » ne sachant même plus écouter son cœur ?

 

L’homme ne manifeste plus assez la volonté d’apprendre la vie, de comprendre le fonctionnement de ce qui nous entoure, de ressentir ce qui est juste et de se relier aux rythmes de la nature.

 

Beaucoup d’humains préfèrent principalement se satisfaire des manifestations matérielles, écouter les bruits extérieurs, reporter la faute sur l’autre et vivre en considérant que tout est fatalité.

 

Dans ce chaos de la vie quotidienne, dans les conflits et les luttes de pouvoir, l’homme perturbé psychiquement, tellement désorienté, angoissé, insécurisé et peureux à besoin de se protéger et de s’identifier aux troupeaux.

 

Bien souvent, il accourt vers n’importe quel enseignement cherchant simplement à être délivrés par un Sauveur. Il n’a pas conscience que la seule délivrance, est celle que l’on se créer à chaque instant en se rapprochant de notre Moi profond au travers de l'écoute et l'observation de soi, dans le quotidien.

 

Merci à toi la Terre, de te révolter, de nous montrer que nous sommes bien plus en danger que toi.

Si nous ne cessons pas rapidement, nous partirons !!

 

La Terre… Merci pour ton Accueil, ton Amour, ta Force et ta Patience.

Isabelle

 

Auto massage

 

On fait glisser ses mains sur le corps, on exerce des pressions, on effleure, on pétrit, on frictionne et le corps est stimulé, apaisé et régénéré. Le massage est un art qui se pratique depuis des siècles à des fins thérapeutiques et pour le bien-être.

 

Le massage permet de stimuler le corps à remplir ses fonctions normales.

Le massage stimule, le corps réagit !!

 

Le massage a une action thérapeutique, il relâche les tensions musculaires, il tonifie et raffermit les muscles, active la circulation du sang et de la lymphe. Il contribue à drainer les déchets.

Il a également un effet sur les nerfs, il contribue à réduire les effets négatifs du stress. Le corps à retrouve son équilibre naturel et reçoit des sensations merveilleuses !!

 

Le massage convient à tout le monde.

Nous avons tous besoin de contact physique. C’est l’un de nos besoins fondamentaux. Le simple fait d’être touché donne l’impression d’être désiré. Quand personne ne nous touche, nous nous replions sur nous-mêmes.

 

Il vous suffit de choisir une bonne huile et de laisser glisser en conscience vos mains sur votre corps afin d’être en contact avec vous-même.

Ce toucher demande d’être présent à soi-même, d’aimer son corps, de le respecter. L’auto massage autorise à nous donner du plaisir, du bien-être, de la douceur.

Prenez le temps d’installer votre environnement ; bougies, encens, musique, calme…

Votre massage peut aussi s’effectuer sous et/ou après la douche, avant de vous coucher, avant ou après un effort physique…

 

Huiles de massage : Choisir une bonne huile végétale biologique avec ou sans Huile Essentielle.

 

Métaphore de la Grenouille

 

Métaphore pour démontrer la situation actuelle de l’humain.

 

Imaginez une marmite remplie d’eau froide dans laquelle nage tranquillement une grenouille.

Le feu est allumé sous la marmite, l’eau chauffe doucement.

Elle est bientôt tiède.

La grenouille trouve cela plutôt agréable et continue à nager.

La température continue à grimper.

L’eau est maintenant chaude. C’est un peu plus que n’apprécie la grenouille, ça la fatigue un peu, mais elle ne s’affole pas pour autant. L’eau est cette fois vraiment chaude. La grenouille commence à trouver cela désagréable, mais elle s’est affaiblie, alors elle supporte et ne fait rien ;

La température continue à monter jusqu’au moment où la grenouille va tout simplement finir par cuire et mourir.

 

Si la même grenouille avait été plongée directement dans l’eau à 50°C, elle aurait immédiatement donné le coup de patte adéquat qui l’aurait éjectée aussitôt de la marmite.

 

Cette expérience montre que, lorsqu’un changement s’effectue d’une manière suffisamment lente, il échappe à la conscience et ne suscite la plupart du temps aucune réaction, aucune opposition, aucune révolte.

 

L’humanité actuelle est comme cette grenouille.

Les prédateurs ne manquent pas, mais les victimes sont consentantes,  soit par ignorance, soit par négligence.

 

Sommes-nous déjà à moitié cuits ?

Alors si vous n’êtes pas comme la grenouille, déjà à moitié cuits, donnez le coup de patte salutaire avant qu’il ne soit trop tard.

 

Seule une petite minorité de personnes est capable de donner le coup de patte salutaire. D’autres, bien que partisans de ce changement d’un monde qui n’est plus supportable, pratiquent la politique de l’autruche car ils estiment qu’il est déjà trop tard, que de toute façon, ils sont trop peu nombreux pour avoir un impact quelconque et qu’il faudrait une

 

majorité de gens impliqués dans ce processus pour faire pencher la balance.

Ils ignorent sans doute que toutes les révolutions sont nées de petits groupes de citoyens déterminés.

 

Nous n’avons ainsi plus beaucoup de choix : ou bien nous rejoignons les esclaves qui chérissent leurs bourreaux, ou bien nous devons donner le coup de patte salutaire pour sortir de la marmite avant qu’il ne soit trop tard.

 

Si cela n’est pas le monde que nous voulons, il nous appartient de fixer ces limites et d‘apprendre à dire NON avant qu’il ne soit trop tard.

 

De Gaulle, Martin Luther king, Gandhi, Nelson Mandela, Jeanne d’Arc….. L’on fait !!

Extrait du livre

« La coupe est pleine »

de Sylvie Simon et Claire Séverac

 

Allégez-vous la Vie

 

Le printemps est la saison du grand nettoyage.

Mais nous pouvons tout au long de l’année vider, trier, nettoyer, ranger, échanger, donner ou jeter pour donner de la place au nouveau, à l’essentiel.

 

Observez vos maisons

 

  • Y a-t-il beaucoup de choses ou au contraire beaucoup d’espaces libres?

  • Règne-t-il la sérénité ou est-ce encombré par le désordre ?

  • Vous ne trouvez plus ce que vous cherchez ?

  • Vous n’avez plus assez de place ?

 

Alors faites respirer votre maison, allégez-vous !!

Le simple fait d’avoir envie de vous désencombrer vous allège !!

 

Il est important que les objets est une vraie vie et ne restent pas à dormir dans un coin.

 

Il ne faut garder que l’essentiel.

Plus on s’allège, plus on s’approche de l’essentiel, plus on est en paix.

 

Plus d'articles...

  1. Le BIEN-ÊTRE
Gandhi - Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde