12 octobre La ChabannePerron 19

Evolution intérieure Extrait du livre de soi à SOI

Les transformations refusées sont les causes de nos souffrances.

 

Le refus du changement profond nous éloigne de l’opportunité d’évoluer et de croître vers l’essence de nous-mêmes.

 

Toutes les rencontres sont prédisposées et programmées, non par une fatalité ou un Dieu, mais par nos pensées, nos actes et surtout par l’aptitude à attirer à nous ce que nous refoulons le plus pour le dépasser.

 

Mais que refoule l’humain au plus profond de lui ?

 

Il refoule la transformation, il chasse le travail sur lui-même pour sa réalisation.

Mais plus encore il repousse le désir de la réelle tâche à accomplir, celle d’abattre tous les conditionnements, toutes les croyances et tous les schémas qui l’empêchent de voir clair sur sa propre vie. Fondre à soi-même, se libérer et enfin vivre sa propre vie et non celle dictée par notre passé. Alors il navigue dans une illusion, un rêve qu’il façonne chaque jour tout en se laissant croire qu’il est libre.

 

Je fais ce travail depuis de nombreuses années, certes c’est difficile, il faut du courage et de la persévérance pour se regarder en face, oser se dire la vérité, tenter d’accepter les noirceurs de nos profondeurs. Reconnaître le fonctionnement de notre mental qui ne cesse de nous mentir, se hasarder à accueillir notre ego qui veut tout contrôler en se protégeant indéfiniment derrière des identifications.

 

L’humain vit comme un volcan prêt à exploser.

Il bouillonne sans cesse à l’intérieur.

Et pour échapper à l’explosion il se construit des cachettes pour s’y abriter en attendant que l’orage passe.

Les cachettes sont des sécurités qu’il croit nécessaire pour survivre. Mais il ne sait pas que toutes les tanières sont emplies de démons qui s’engouffrent au plus profond de lui pour y séjourner et diriger de cette cavité sa vie d’humain qui ne cesse de fuir devant sa propre réalité.

Pas d’enfer dans le ciel, mais là au plus profond de nous, de multitudes petits démons qui nous titillent pour nous maintenir dans ce gouffre sombre et bien lourd à porter.

 

Jusqu’à quand l’humain va tendre cette corde déjà prête à craquer ?

 

Jusqu’où peut-il se détruire et se mentir à lui-même ?

 

Peut-il percevoir qu’une opportunité lui est donnée de se libérer et enfin de vivre sa créativité et sa puissance ?

 

Tout le monde peut changer dans l’instant, mais tout le monde ne le désire pas.

 

Pourquoi tout le monde ne désire pas devenir libre alors que cela représente la fin de la souffrance ?

 

Parce que les prisons que le mental humain installe sont puissantes et sécurisantes et qu’il a tellement peur de souffrir qu’il se protège derrière des barreaux dorés.

Et pourtant, il n’a pas perçu que derrière ce dépassement de soi-même, la douceur et la quiétude règnent en maître. Bien sûr, pour accéder à cela, il faut souffrir encore un peu, il faut accorder de l’importance à nos difficultés, nos incapacités, nos mensonges et nos fuites.

Voir la fuite est la première étape de la guérison, la seule condition pour réparer.

Alors, je nous souhaite de voir nos fuites qui font partie intégrante de toute notre vie.

Que la vérité de nos attitudes nous soit révélée en pleine face, quitte à nous faire tomber pour que nous puissions nous relever enfin de l’ignorance.

 

Que notre fuite permanente devienne une réelle inondation pour que nous puissions enfin la voir et sacrifier des heures de notre quotidien à restaurer les trous qui l’ont provoquée.

 

Que la vérité nous soit révélée sur la croyance de la gentillesse que nous dévoilons au monde. Le trop de gentillesse ne cache-t-il pas un mensonge, une incapacité à se positionner et un manque de personnalité par peur anticipatoire d’une éventuelle sanction ?

 

Que les mots qui sortent de notre bouche soient le plus proche de nos ressentis. Choisir les mots justes pour exprimer ce qui se passe au plus profond de nous ne permet-il pas, l’ouverture vers une belle communication non violente ?

 

Les « je t’aime », les mots doux et les attitudes sont accablants quand ils reflètent l’amour quémandé. Mais sont de la poésie quand l’homme ou la femme quelquefois s’expriment réellement avec leurs cœurs.

 

Que le réel sens de l’amour qui donne sans retour puisse réjouir un jour notre cœur et nous placer dans l’accueil profond de nous-mêmes sans chercher à exister aux yeux de celle ou de celui que nous croyons aimer.

 

Il n’est pas de plus extraordinaire cadeau que nous puissions offrir à l’autre que d’accepter de fondre à nous-mêmes, de toucher notre vulnérabilité et de nous accomplir dans notre propre vérité.

 

Je ne peux rester à vos côtés, j’ai ouvert quelques portes de votre cœur pour que vous plongiez dedans mais je ne peux vous y pousser au risque de vous noyer à ne pas vouloir aller plus loin dans la découverte de vous-même.

 

Je suis là, toujours là, proche et éloignée en même temps pour vous laisser respirer, pour vous offrir l’air dont vous avez besoin et pour que vous puissiez pénétrer dans l’inspiration profonde nécessaire à toute introspection.

 

Plongez dans vos noirceurs, osez crier ce que vous voyez, tentez de vous dévoiler à vous-même.

 

Pour y trouver un jour, la quiétude !!

 

Là, vous ne ferez plus semblant de vivre et vous lâcherez tous les rêves que vous avez édifiés pour simplement vous donnez l’illusion d’exister.

 

Observez vos NON qui ne sont que des chansons qui ne formulent pas la réelle puissance d’un VRAI NON !

 

Observez vos mots qui reflètent l’anticipation d’une sanction.

 

Lâchez votre peur, dites simplement et avec honnêteté ce que vous ressentez dans l’instant.

 

Pour cela, il vous faut décortiquer le moindre petit comportement de votre quotidien, le plus petit instant de panique intérieure et la plus petite terreur qui vous submerge devant l’autre.

 

Cessez de jouer à la victime qui est persécutée par les autres.

 

Nous sommes tous responsable de ce qui nous arrive !

 

C’est en consacrant du temps à ce qui est le plus petit que nous pouvons libérer le plus grand.

 

Décidez de vivre enfin votre vie et non la reproduction ou l’opposé de celle des autres.

 

Je vous aime, l’Amour véritable laisse l’autre libre de sa vie.

Je vous laisse libre de continuer la vôtre.

 

Ma porte reste ouverte pour vous recevoir, pour vous accueillir si vous venez avec sincérité et courage devant votre vulnérabilité.

 

Osons être femme et homme sans peur de la violence !

 

Risquons notre vulnérabilité sans victimisation !

 

Engageons-nous avec sincérité vers l’accomplissement de nous !

 

Eprouvons de la gratitude et de la reconnaissance pour ce que nous sommes !

 

Découvrons nos personnalités sans peur de les montrer !

 

Entreprenons d’exprimer notre différence sans vouloir chercher à être extraordinaire !

 

Que le courage et la volonté soient deux énergies qui vous accompagnent et si parfois c’est trop difficile, mes bras peuvent vous soulager et mes mots vous encourager.

 

Si nous regardons devant nous avec les yeux de la sincérité, notre route sera illuminée de la lumière sacrée qui révèle le beau, le bon et le vrai !

 

La vérité projette l’Homme vers son accomplissement, vers l’Absolu, le UN !

 

Extrait du livre "de soi à... SOI"

Isabelle

Gandhi - Nous devons être le changement que nous voulons pour le monde